le meilleur du tennis
dans ta boite mail

Des milliers de fans sont déjà abonnés

y

Alcaraz s’offre Nadal, et un premier rendez-vous avec Djokovic !

Tombeur de Rafael Nadal – 6-2, 1-6, 6-3 – en quarts de finale du Masters 1000 de Madrid, Alcaraz va désormais affronter Djokovic pour la première fois, samedi.

Carlos Alcaraz, Madrid 2022 Carlos Alcaraz, après sa victoire contre Rafael Nadal à Madrid en 2022 (AI / Reuters / Panoramic)

Masters 1000 de MadridTableau | Programme 

Avant même les premières frappes de balle, le match avait commencé. Par d’autres types d’échanges. Verbaux. Psychologiques. “A l’heure actuelle, je pense qu’il (Carlos Alcaraz) est meilleur que moi”, avait lâché Rafael Nadal, jeudi, en conférence de presse, avec, peut-être, l’idée de mettre un soupçon de pression supplémentaire sur son jeune compatriote. “Je dirais que c’est complètement l’opposé”, a répliqué ce dernier quelques heures plus tard. “Même s’il dit que je suis le favori, qu’il n’est pas encore assez en forme physiquement, qu’il revient de blessure, Rafa est toujours le favori. Je suis le nouveau venu, celui qui ne devrait avoir aucune pression face à l’un des meilleurs de l’histoire.”

La loi du court a finalement donné raison au plus âgé des deux ce vendredi. Après un quart de finale décousu, à rebondissements et notamment marqué par une chute inquiétante du prodige en début de deuxième manche, ce dernier s’est imposé 6-2, 1-6, 6-3 en 2h27. Un an après avoir subi un 6-1, 6-2 sur cette même terre madrilène, le jour de ses 18 printemps, “Carlitos” a une nouvelle fois prouvé qu’il avait bien grandi. Que ce soit sur le plan du tennis ou de la gestion des émotions. En demi-finale d’Indian Wells en mars – défaite 6-4, 4-6, 6-3 – l’actuel 9 joueur mondial avait confié sa difficulté à faire abstraction du fait qu’il était en train d’affronter son idole.

Alcaraz a marché sur Nadal, avant d’être freiné par une chute

“Pendant le premier set, je jouais contre Rafa et contre moi-même”, avait-il détaillé devant les journalistes. “J’étais toujours en train de penser que j’affrontais Rafa. Dans les deuxième et troisième manche, je me suis dit : ‘OK, j’affronte Rafa, mais je vais montrer mon niveau et me donner à 100% pour avoir une chance de le battre. Mais durant tout le match, je n’ai jamais cessé de me dire que je jouais contre Rafa.” Cette fois, celui qui a fêté ses 19 ans ce jeudi a entamé la rencontre sans être intimidé, pour devenir le premier homme de moins de 20 à faire tomber Nadal sur ocre.

Après un échange de breaks lors des deux premiers jeux, Alcaraz a pris une deuxième fois le service de Nadal, à 2-1. Un avantage qu’il n’a plus lâché. Marchant sur l’eau tel un envoyé des dieux du tennis sur Terre, le protégé de Juan Carlos Ferrero a multiplié les pains. Et pas seulement. Utilisant toute sa palette – frappes surpuissantes, amorties, volées, slices – il a fait de l’homme au 21 titres du Grand Chelem, encore en recherche de son meilleur niveau, son sac de frappe durant l’acte initial. Rien ne semblait pouvoir le stopper. Presque rien.

En début de deuxième set, sur le dernier point du troisième jeu, qui a permis à son illustre adversaire de mener 2-1, Alcaraz a subi une mauvaise chute. La cheville droite a tourné, et le match aussi. Après huit minutes d’interruption en raison d’un temps mort médical pris pour se faire poser un strapping costaud, bien épais, il a repris la partie. En n’étant plus que l’ombre de lui-même. Visage inquiet, déplacement emprunté, il a perdu son service, blanc, dans la foulée. A 3-1, c’est un malaise dans les tribunes, nécessitant l’intervention des médecins, qui a provoqué une nouvelle coupure, de près de dix minutes.

Alcaraz a retrouvé son explosivité dans la troisième manche

Face à un Nadal qui n’en demandait pas tant pour reprendre le contrôle du jeu et imposer sa lourdeur de balle, Alcaraz, nettement moins explosif, n’a inscrit que deux points entre sa chute et la fin du round. A la fin de celui-ci, il s’est éclipsé au vestiaire pour changer de tenue, et peut-être se rassurer quant à l’état de sa cheville. A son retour, T-shirt blanc sur les épaules à la place du vert, il n’a eu besoin que de quelques échanges pour retrouver de la sérénité et du répondant sur ses appuis et démarrages pied droit. Résultat, il a repris sa marche en avant.

Patron sur le terrain devant un “taureau de Manacor” encore en phase de reprise de la compétition, sans doute émoussé par sa joute de 3h10 avec David Goffin la veille, le nouveau messie du tennis espagnol a rapidement pris l’engagement adverse, à 3-1. Ne concédant aucune opportunité de break au cours du dénouement, il a survolé la fin de rencontre en alignant plusieurs coups gagnants et merveilles. A l’image de la balle de match, convertie d’un passing de coup droit à la trajectoire “nadalienne” pour ponctuer une défense héroïque. Tombeur du monument Rafael Nadal, Carlos Alcaraz va maintenant tenter déboulonner une autre statue : celle de Novak Djokovic.

Les autres matches des quarts de finale à Madrid (Masters 1000, Caja Magica, terre battue, 6.575.560 EUR, les résultats s’affichent du plus récent au plus ancien) :

  • Felix Auger-Aliassime (N. 8) – Alexander Zverev (N. 2) : programmé vendredi
  • Andrey Rublev (N. 6) – Stefanos Tsitsipas (N. 4) : programmé vendredi
  • Novak Djokovic (N.1) bat Hubert Hurkacz (N.12) : 6-3, 6-4
Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *