Abonnez-vous à la newsletter

Nadal : “Medvedev mérite d’être en course pour la place de numéro 1. Pour moi, cette époque est terminée.”

En conférence de presse à Acapulco, Rafael Nadal a affirmé que l’époque où il pouvait prétendre à la première place mondiale était révolue.

Rafael Nadal, Dannil Medvedev, Open d'Australie 2022 Men final of the Australian open between Rafael Nadal (Esp) and Daniil Medvedev || Antoine Couvercelle / Panoramic

“J’ai l’habitude de dire que le joueur le mieux classé du tableau est favori, mais cette fois je dirais que c’est Rafa, parce qu’il a 20 titres du Grand Chelem (sourire)”. Après sa victoire au premier tour de l’Open d’Australie, Daniil Medvedev avait malicieusement tenté de déplacer la pression vers Rafael Nadal en le désignant comme favori numéro 1 du tournoi.

Belle anticipation. Le Russe s’était finalement incliné en finale contre l’Espagnol, qui devenait ainsi le premier homme à atteindre les 21 titres en Grand Chelem.

Un triomphe qui n’a toutefois pas changé les ambitions du gaucher des Baléares. L’Espagnol, quels que soient les joueurs engagés, ne se voit plus comme la tête de série numéro 1 d’un tournoi. “Cette époque (d’être numéro 1 mondial) est terminée pour moi, malheureusement”, a-t-il après sa victoire 6-3, 6-2 contre Denis Kudla à Acapulco, synonyme d’un onzième succès consécutif et de son meilleur début de saison depuis 2009, année du premier de ses deux sacres à Melbourne.

Je ne vais pas jouer davantage pour essayer d’avoir plus de points.

Rafael Nadal

“Je le dis très honnêtement, même si on ne sait jamais ce qui peut se passer”, a poursuivi le 5e du classement ATP. “Quelques fois, lors des dernières années, j’ai senti que j’étais en lice pour devenir numéro 1 mondial, mais ma condition physique ne m’a pas permis de jouer assez pour pouvoir y prétendre. Désormais, mes buts sont différents. Je ne chasse plus cet objectif, et je pense que ce serait une erreur d’essayer. Si je pouvais y arriver en disputant le nombre de tournois que je joue actuellement, je serais incroyablement heureux, mais ça me paraît difficile.”

“Beaucoup de jeunes joueurs sont prêts à jouer chaque semaine”, a-t-il continué. “Je ne vais pas jouer davantage pour essayer d’avoir plus de points. J’ai mon calendrier, et je vais le suivre. A ce stade de ma carrière (avec l’âge, les blessures), je n’ai pas beaucoup d’autres options (sourire).” Parmi les jeunes loups évoqués, Daniil Medvedev s’est imposé en chef de meute.


En cas de titre à Acapulco, le Moscovite, qui pourrait retrouver le Majorquin en demi-finale, serait assuré de monter sur le trône de l’ATP. Il deviendrait ainsi le premier homme à casser l’hégémonie du Big 4 – Federer, Nadal, Djokovic, Murray -, qui règne sans discontinuer depuis la première prise de pouvoir de Roger Federer, datant du 2 février 2004.

“Tôt ou tard, ça va arriver”, a répondu Nadal, toujours à Acapulco, plus tôt dans la semaine. “Novak va avoir 35 ans cette année, Roger 41, moi 36. Le temps passe, c’est le cycle de la vie. La génération plus jeune va nous dépasser. Elle est déjà très forte. Daniil est très solide, il est en train de mener une carrière incroyable. Il mérite d’être en course pour la place de numéro 1 mondial, sans aucun doute. Je lui souhaite le meilleur.”

Et, même si le Moscovite restait dauphin à l’issue de son parcours mexicain alors que Novak Djokovic s’est lui aligné à Dubaï, son futur couronnement paraît inéluctable.

C’est inévitable, Medvedev deviendra numéro 1 mondial.

Novak Djokovic

Non-vacciné et déjà privé de l’Open d’Australie, le Serbe, pour la même raison, ne devrait pas non plus pouvoir participer aux Masters 1000 d’Indian Wells et Miami. Sachant cela, il ne se fait pas d’illusion. “Actuellement, je ne prête pas trop attention aux différents scénarios (pour garder sa place de numéro 1 mondial)”, s’est-il exprimé en conférence de presse à Dubaï ce mercredi, après sa qualification pour les quarts de finale.

Medvedev numéro 1 mondial le 28 février si :

  • Medvedev remporte le tournoi d’Acapulco
  • Djokovic ne remporte pas le titre à Dubaï et Medvedev atteint la finale à Acapulco
  • Djokovic ne va pas en finale à Dubaï et Medvedev atteint les demi-finales à Acapulco
  • Djokovic n’atteint pas les demi-finales à Dubaï et Medvedev bat Benoît Paire au premier tour à Acapulco

“La transition pour la place de numéro 1 va arriver très bientôt”, a ajouté le Belgradois. “Medvedev, comme je l’ai déjà dit, mérite de devenir numéro 1. Probablement plus que n’importe qui d’autre. Il va y arriver. Cette semaine, ou un peu plus tard. C’est inévitable. Je serai le premier à le féliciter.”

Quoi qu’il en soit, Daniil Medvedev, vainqueur de l’US Open 2021, aura encore un peu de marge pour laisser la pression du favori à Rafael Nadal et Novak Djokovic, 41sacres en Majeur à eux deux, lors des prochaines levées du Grand Chelem.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.