Roger Federer en 2021: un retour certes, pas exactement celui espéré

Roger Federer est revenu sur le circuit ATP en 2021, signant un quart à Wimbledon, mais son année s’est terminée prématurément et une nouvelle opération du genou ne permet pas de savoir s’il rejouera.

Roger Federer, 2021 season on Tennis Majors

La bonne nouvelle : après deux opérations au genou en 2020, Roger Federer a pu revenir sur les courts. La mauvaise nouvelle, c’est qu’il n’a disputé que cinq tournois (Doha, Genève, Roland-Garros, Halle et Wimbledon) et que, bien qu’il ait tout de même atteint les quarts de finale à Wimbledon, il n’a plus joué ensuite et a subi une autre opération du genou droit qui le tiendra éloigné du circuit pendant de nombreux mois encore, dans l’attente d’un hypothétique retour en 2021 autour de ses 41 ans.

La joie de voir Federer de retour sur le circuit a été rapidement contrariée par la prise de conscience que son retour ne serait pas une formalité et qu’il a compris très tôt que son corps n’était pas tout à fait au point. Il y a tout de même eu de belles performances, bien sûr, notamment à Roland-Garros et à Wimbledon, mais l’année de ses 40 ans, il se trouve à nouveau en rééducation après une blessure et son avenir dans ce sport est loin d’être assuré.

  • Classement de Federer fin 2020 : 5
  • Classement de Federer fin 2021 : 16
  • Bilan de l’année : 9 victoires, 4 défaites
  • Titres : 0
Roger Federer during a press conference after losing his quarter final match against Poland's Hubert Hurkacz at Wimbledon

MEILLEURE PERFORMANCE DE FEDERER : SA VICTOIRE CONTRE GASQUET A WIMBLEDON

La victoire la plus convaincante de l’année est intervenue à un moment où le Suisse savait probablement déjà qu’il avait besoin d’une nouvelle opération du genou, mais la victoire de Roger Federer contre Richard Gasquet (7-6, 6-1, 6-4) au deuxième tour de Wimbledon a été l’une des meilleures performances, si ce n’est la meilleure, que le Suisse ait produite en 2021.

Après avoir remporté le premier set au tie-break, Federer a commencé à se détendre puis à se lâcher. L’ancien Federer semblait de retour.

« Je me suis senti bien physiquement », a-t-il déclaré. « Je me suis senti beaucoup plus détendu à bien des égards, car j’ai pu jouer un très bon niveau moyen, puis j’ai eu une excellente période de 32 minutes jusqu’à la fin, presque une heure, une heure et quart.

« Je pense que c’est vraiment crucial d’être capable de creuser l’écart comme je l’ai fait. Ce que j’ai pu faire aujourd’hui me donne beaucoup de confiance. Vous pouvez commencer à jouer beaucoup plus librement. C’était un bon match pour moi, une bonne atmosphère pour moi, un bon moment. C’était vraiment, comme vous l’avez dit, l’un des moments forts de l’année jusqu’à présent. »

MEILLEUR RÉSULTAT EN GRAND CHELEM : QUART DE FINALE A WIMBLEDON

Après avoir atteint les huitièmes de finale à Roland-Garros avant de se retirer par précaution, Federer a enchaîné sur gazon mais a été battu au deuxième tour à Halle, ce qui a fragilisé sa confiance lors de son arrivée à Londres pour disputer Wimbledon, qu’il a remporté huit fois.

Il a semblé hésitant au premier tour et a eu de la chance lorsque Adrian Mannarino a glissé et a dû abandonner au début du cinquième set. Il a impressionné lors de sa victoire au deuxième tour contre Richard Gasquet et s’est bien battu contre Cameron Norrie au troisième tour. En huitièmes, il a battu Lorenzo Sonego, profitant peut-être du fait que le match s’est déroulé toit fermé, pour se retrouver en quart de finale contre Hubert Hurkacz.

Sa défaite en deux sets face au Polonais fut, elle, extrêmement décevante, même si, avec le recul, il y a eu des moments où il a eu ses chances, notamment dans le deuxième set, où il menait 4-1. S’il n’avait pas trébuché au filet à 2-3 dans le jeu décisif de la deuxième manche, il aurait pu égaliser, mais dans la troisième manche, il a été complètement dépassé, ne remportant aucun jeu. Il s’est finalement incliné 6-3, 7-6 (4), 6-0.

« Je suis très heureux d’être allé aussi loin et d’avoir pu jouer à Wimbledon avec ce niveau après tout ce que j’ai traversé », avait déclaré Federer à l’époque.

MEILLEUR MOMENT DE SA SAISON : SON GRAND RETOUR A DOHA

Après avoir manqué l’Open d’Australie, Roger Federer a fait son retour tant attendu à Doha contre le Britannique Dan Evans. Et le lauréat de 20 titres du Grand Chelem a été impressionnant, face au 28e mondial, qu’il a battu en trois manches (7-6, 3-6, 7-5) pour rallier le deuxième tour.

Federer a fait mieux que ce à quoi il s’attendait, son service a bien fonctionné et son coup droit est toujours aussi dévastateur. Il a trouvé le moyen de s’imposer face à un adversaire qui jouait l’un de ses meilleurs tennis. Les deux joueurs s’étaient entraînés ensemble avant le retour de Federer et peut-être que la connaissance de son jeu a aidé le Suisse à l’emporter, mais c’était une performance très encourageante et l’optimisme, à l’époque, était élevé.

« Cela fait du bien d’être de retour », a déclaré Federer. « Cela aurait tout de même été bien, même si j’avais perdu. C’était un grand match. J’étais fatigué à la fin. En fait, je suis très satisfait de ma performance. La route a été longue et difficile pour moi. Mais cela en valait la peine car j’ai joué un excellent match aujourd’hui. »

PIRE MOMENT DE SA SAISON : LA BULLE ENCAISEE CONTRE HURKACZ

Au cours de sa carrière en Grand Chelem, qui a débuté en 1999, Roger Federer n’avait encaissé un 6-0 qu’à deux reprises avant 2021 : une fois lors de son tout premier match en Grand Chelem, au premier tour à Roland-Garros, par Pat Rafter en 1999, puis, de manière tristement célèbre, par Rafael Nadal en finale à Roland-Garros en 2008.

Sur gazon, il n’avait perdu que deux fois un set 6-1 et pourtant, après avoir laissé filer une avance de 4-1 dans le deuxième set, il s’est retrouvé mené deux manches à rien par le Polonais Hubert Hurkacz. Le moral en berne.

Voir Federer, qui a fait du Court Central son jardin durant sa carrière, visiblement découragé était difficile à voir et on aurait dit qu’il était heureux de quitter le court aussi vite que possible. Hurkacz, qui jouait magnifiquement bien, s’est acquitté de sa tâche en remportant le troisième set 6-0, mettant fin aux espoirs de Federer à Wimbledon et, sans qu’il le sache à ce moment-là, à sa saison.

Quelques mois plus tard, Federer a admis que perdre son dernier set 6-0 à Wimbledon n’était pas la façon dont il voulait se souvenir du lieu qu’il avait si souvent dominé, en soi une motivation pour revenir en 2022.

« Il serait facile pour moi de dire ‘c’est bon, j’ai beaucoup donné et beaucoup reçu, arrêtons-nous là' », a-t-il déclaré. « Mais le fait que j’investisse tout pour revenir est aussi ma façon de dire merci à mes fans. Ils méritent mieux que l’image de ma dernière saison sur gazon. »

SON AUTO-ÉVALUATION : « JE VEUX REVENIR »

Federer savait qu’il n’était pas à son meilleur niveau en 202. Il le savait lorsqu’il a perdu contre Felix Auger-Aliassime au deuxième tour à Halle.

« Je sentais déjà (à Halle) que mon Wimbledon ne serait pas celui que j’avais espéré », a-t-il déclaré. « Même si je ne connaissais pas encore la nature de ma blessure, je savais que je serais limité. Avec le recul, je me suis rendu compte que j’ai failli ne pas gagner un point à Wimbledon lorsque j’ai dû me défendre. Mais oui, ce Wimbledon m’a confirmé que malgré ma limitation, je pouvais encore jouer à un haut niveau. Et vu le chemin parcouru, je n’ai plus qu’à réessayer. »

Je suis réaliste : il s’agirait d’un grand miracle. Mais il y a des miracles dans le sport.

Cette dernière ligne est cruciale. Federer veut revenir, si son corps le lui permet.

« Si je fais ma rééducation de manière intensive, il y a une chance que je retrouve un haut niveau », a-t-il déclaré. « Si je fais de la musculation, que je fais du vélo, que je nage, que je fais des exercices d’équilibre, que je travaille le haut de mon corps, alors j’y crois. Est-ce que je reviendrai sur le Tour pour un petit tour ou pour quelque chose de plus important ? Personne ne le sait, ni les médecins ni moi. Mais je me bats pour cela. Pour être clair, mon monde ne s’effondrera pas si je ne joue jamais une autre finale de Grand Chelem. »

« Mais c’est mon rêve ultime de revenir une fois de plus. Et en fait, j’y crois encore. Je crois en ce genre de miracles. J’en ai déjà fait l’expérience. L’histoire du sport écrit parfois de tels miracles. Je suis réaliste : il s’agirait d’un grand miracle. Mais il y a des miracles dans le sport. »

L’AVIS DE TENNIS MAJORS : TOUT VA DÉPENDRE DE SON GENOU

Si Roger Federer est capable de revenir sur le court en 2022, ce serait un petit exploit. Cela signifiera que la rééducation s’est bien déroulée et qu’il pense être capable de s’exprimer pleinement sur le court.

Reste à savoir ce que cela signifiera. À 40 ans, avec une grande partie des deux dernières années passées à se remettre d’une opération, c’est beaucoup lui demander que d’être suffisamment en forme pour aller loin dans les tournois, surtout en Grand Chelem.

Pourtant, il s’agit de Federer, l’un des plus grands joueurs de tous les temps, qui a déjà réalisé un certain nombre de miracles dans sa carrière, comme en 2017, lorsqu’il est revenu d’une opération pour remporter l’Open d’Australie, ajoutant un huitième Wimbledon et un autre Open d’Australie l’année suivante.

La volonté semble être là. C’est la moitié de la bataille. Les chances que Federer joue régulièrement sur le circuit, à 40/41 ans, avec ce qu’il a vécu physiquement ces derniers temps, sont minces. Mais là où il y a de la vie, il y a de l’espoir.

« Quand on y réfléchit bien, cela ne fait pas grande différence que je revienne en 2022 ou pas avant 2023, à 40 ou 41 ans », a-t-il déclaré. « Cela n’a pas d’importance. La question est plutôt de savoir si je parviendrai à me faire souffrir jour après jour pour mon retour. Mon cœur dit oui aujourd’hui. Je prends donc les choses étape par étape. J’ai connu des défis similaires à de nombreuses reprises dans ma carrière. Parfois sans que le public s’en rende compte. Et même si je sais que la fin est proche, je veux essayer de jouer à nouveau de grands matches. Ce ne sera pas facile, mais je vais essayer. »

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *