le meilleur du tennis
dans ta boite mail

Des milliers de fans sont déjà abonnés

y

Forget sur l’ambiance à Bercy : « Oui, le tennis c’est parfois les jeux du cirque »

Le directeur du Rolex Paris Masters, Guy Forget, s’étonne que l’attitude du public français derrière Hugo Gaston ait pu être négativement commentée à l’étranger.

Le public soutient Hugo Gaston au Rolex Paris Masters 2021 Le public soutient Hugo Gaston au Rolex Paris Masters 2021 – © Aurélien Morissard / Panoramic

Quinze mille personnes en fusion, des Marseillaises spontanées, une ambiance digne de la Coupe Davis d’antan : le Rolex Paris Masters 2021 a donné lieu à des scènes que la pandémie liées au COVID-19 avait fait disparaître. Vues essentiellement lors des rencontres d’Hugo Gaston contre Carreño Busta, Carlos Alcaraz et Daniil Medvedev, ces scènes ont suscité des commentaires plus réservés voire hostiles à l’étranger, notamment sur les réseaux sociaux.

Guy Forget, directeur du tournoi, convient que certains moments ont pu être « limite pour les adversaires », mais considère que le public parisien a simplement manifesté son enthousiasme « après le sevrage (lié au COVID, ndlr) vécu ces derniers temps. »

Forget : “Cela fait partie du travail d’un joueur pro”

« Je crois que les adversaires ont compris que ces ambiances n’étaient pas contre eux, a indiqué Forget. Le public s’est pris d’affection pour Hugo et son jeu très particulier. A certains moments, je compatissais pour le joueur qui subissait cette pression mais cela fait partie du travail d’un joueur de tennis professionnel de savoir gérer sa frustration. »

A certain moments, je compatissais pour le joueur qui subissait cette pression mais cela fait partie du travail d’un joueur de professionnel de savoir gérer sa frustration.

Guy Forget

Ancien joueur de premier plan (1982-1996, n°4 mondial en 1991), Guy Forget assure que ce type de réaction n’est pas la chasse gardée du public tricolore. « J’ai joué en Croatie, en Italie, en Amérique du Sud… Les gens sont capables d’applaudir tes fautes ailleurs qu’en France quand ils veulent voir gagner ton adversaire. Quand tu joues au Foro Italico (à Rome, ndlr) contre Adriano Panatta ou Matteo Berrettini, il ne vaut pas montrer au public qu’il a une emprise sur toi, sinon c’est encore pire. »

“Le public en veut toujours plus”

Guy Forget est plutôt heureux de voir le public se rendre en masse dans une arena pour voir du tennis et pousser pour toujours plus de suspense et de spectacle. « Samedi en demi-finale, Novak Djokovic a levé le pouce dans le troisième set quand il a été applaudi après une double faute contre Hurkacz. Mais ce n’est pas contre lui. C’est juste que le public veut voir le troisième set le plus accroché possible et, de fait, il l’a obtenu. »

« Oui, le tennis c’est parfois les jeux du cirque avec deux gladiateurs qui s’affrontent. Le public a été gâté cette année mais il en veut toujours plus. On aime les balles de set sauvées, les balles de break à foison, les combats où les joueurs se rendent coup pour coup. On préfère des combats de boxe qui vont au bout avec deux combattants amochés qui se tombent dans les bras l’un de l’autre plutôt qu’un K.-O. en un round. »

Guy Forget a indiqué que le Rolex Paris Masters avait vendu 120.000 billets cette année, proche du record de 2019 (140.000 environ). Un résultat inespéré dans un contexte de baisse de la billetterie de 30 à 40% dans la quasi totalité des spectacles vivants.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *