Coupe Davis : Djokovic souhaite que davantage de villes accueillent la compétition

Novak Djokovic, qui conduira la Serbie dans le groupe F de la Coupe Davis, à partir de vendredi à Innsbruck, a estimé que l’épreuve était sur le bon chemin, tout en espérant voir davantage de villes accueillir des rencontres à l’avenir.

Novak Djokovic

Vainqueur de Coupe Davis en 2010 (aux dépens de la France), Novak Djokovic, qui tentera de conduire la Serbie vers un deuxième Saladier d’argent à partir de vendredi, a réitéré sa position plutôt favorable envers la réforme de la compétition, tout en estimant que celle-ci devrait, selon lui, s’ouvrir à encore plus de villes à l’avenir.

« La Coupe Davis est passée d’une extrême à l’autre en se jouant en 2019 dans une seule ville (Madrid), ce que je n’avais pas aimé du tout et qui n’avait pas très bien marché. D’un autre côté, je ne crois pas qu’un retour à l’ancien format soit une bonne solution non plus », avait déclaré le numéro un mondial à des journalistes serbes lors du Masters de Turin, avant de réitérer ses propos en conférence de presse ce mercredi à Innsbruck, où la Serbie entamera sa campagne contre l’Autriche, vendredi (16h), dans le groupe F.

Il faudrait trouver une sorte de compromis entre l’ancien et le nouveau format.

Novak Djokovic

« Ma position est qu’il faudrait trouver une sorte de compromis entre l’ancien et nouveau format, a par ailleurs déclaré l’homme aux 20 titres du Grand Chelem. Cette année, c’est différent d’il y a deux ans puisque trois villes (Madrid, Innsbruck et Turin) accueillent deux groupes chacune. Pour ma part, je rajouterais trois villes supplémentaires, soit un groupe par ville, plus une ville supplémentaire pour la phase finale. Par ailleurs, je changerais de ville tous les deux ans, comme je le souhaiterais pour le Masters. »

Novak Djokovic, qui avait participé à la Coupe Davis nouvelle formule en 2019 (défaite en quart de finale), voit en tout cas dans le caractère itinérant de ces compétitions une opportunité d’accroître la promotion du tennis. « J’ai le sentiment que ces deux épreuves (le Masters et la Coupe Davis) représentent une belle occasion d’emmener notre sport dans des endroits où il n’est pas très populaire, ce qui serait bon pour sa promotion. »

Quelle que soit la formule, le Serbe, qui a rejoint son équipe seulement mardi dans la foulée de sa demi-finale perdue au Masters contre Alexander Zverev, s’est dit très motivé à l’idée de défendre les couleurs de son pays. « La mauvaise nouvelle est que nous jouerons devant des tribunes vides (tous les matches programmés à Innbruck seront à huis-clos, Ndlr) mais la Serbie est dans nos cœurs (…) Les semaines où je représente la Serbie, que ce soit en Coupe Davis ou pour l’ATP Cup, sont parmi les plus importantes à mes yeux », a confié le récent vainqueur du Rolex Paris Masters, dont l’équipe défiera par ailleurs l’Allemagne, samedi (16h).

Les propos de Novak Djokovic sur la nouvelle formule de la Coupe Davis interviennent dans un contexte de contestation encore massive à l’égard de celle-ci. Un peu plus tôt avant lui, en conférence de presse, le capitaine de l’équipe de France, Sébastien Grosjean, avait confié mener des discussions en coulisses pour réimplanter le concept historique des rencontres jouées en « home&away » (extérieur/domicile).

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *