Abonnez-vous à la newsletter

La France remporte le double et conserve un (très) mince espoir de qualification

Grâce à la victoire de Mahut et Rinderknech en double (6-3, 6-3), la France, battue 2-1 par la Grande-Bretagne, a encore une (toute) petite chance de qualification.

Nicolas Mahut et Arhur Rinderknech, Coupe Davis 2021 Tennis – Davis Cup Finals – Group C – France v Britain – Olympiahalle, Innsbruck, Austria – November 27, 2021 France’s Arthur Rinderknech and Nicolas Mahut celebrate after winning their doubles match against Britain’s Joe Salisbury and Neal Skupski || 213865_0054

Coupe Davis 2021 | Résultats et classements | Calendrier

Dos au mur, la France est parvenue à grimper dessus. En étant toutefois très loin de l’avoir franchi. Après la perte des deux premiers simples face à la Grande-Bretagne, les Bleus, vainqueurs 2-1 contre les Tchèques jeudi, devait impérativement gagner le double pour conserver une chance de qualification. Et ce sans Pierre-Hugues Herbert, remplacé par Arthur Rinderknech aux côtés de Nicolas Mahut.

Sans avoir remporté leur première rencontre 3-0, les Tricolores, en s’inclinant contre les Britanniques ce samedi, ont vu leur chance de terminer parmi les deux meilleurs premiers des six poules être réduites de façon significative, et ils ne peuvent plus espérer être premiers. Même avec une victoire 2-1 des Tchèques face aux Britannique – situation sportivement peu probable, mais qui placerait les trois équipes à une victoire 2-1 et une défaite 2-1 – quel que soit le scénario, la France n’aurait pas un pourcentage de sets gagnés supérieurs à ses deux concurrents. Or, c’est ce qui départage les équipes en cas d’égalité.

Battu en simple, après un duel accroché contre Norrie, pour sa première sélection en équipe de France, Rinderknech s’est vite consolé. Bien épaulé par Nicolas Mahut, le natif du Var s’est montré très solide face à la paire composée de Joe Salisbury et Neal Skupski, respectivement numéros 3 et 20 mondiaux eu double. Impérial dans l’acte initial, le duo hexagonal a pris deux fois la mise en jeu adverse sans concéder la moindre balle de break. 6-1 en 25 minutes.

La France a une (petite) chance d’être parmi les meilleurs deuxièmes

Lors de la seconde manche, s’ils n’ont perdu que cinq points sur leurs mises en jeu – soit un de plus que dans le set précédent – en n’ayant toujours aucune balle de break à défendre, les Bleus ont eu plus de mal à trouver la faille à la relance. Ils ont dû patienter jusqu’à 4-4 pour faire la cassure avant de boucler l’affaire dans la foulée. 6-1, 6-4 en 1h00.

Les Bleus, pour finir deuxièmes, doivent désormais espérer une victoire des Britanniques face aux Tchèques ou un large succès 3-0 de ces derniers pour finir deuxièmes. Car, même en cas de succès 2-1 de la République tchèque avec un deux matchs gagnés deux sets à un et un autre perdu deux sets à zéro (scénario leur octroyant le pourcentage de sets gagnés le plus faible), leur pourcentage de manches remportées serait de 43,7 % et celui de la Grand Bretagne de 57,1 %. La France, elle, affiche 42,9 % de sets glanés.

Ensuite, la bande de Sébastien Grosjean doit espérer qu’une seul autre second de poule, au maximum, affichera un meilleur bilan qu’eux. La Suède, battue 2-1 par le Kazakhstan ce samedi, a par exemple battu le Canada 3-0 lors de son entrée en lice… Le mur risque de s’avérer un peu trop haut, et le sort de son escalade n’est plus entre les mains des Bleus.

Grande-Bretagne – France : 2-1

Evans bat Mannarino : 7-5, 6-4
Norrie bat Rinderknech : 6-2, 7-6
Mahut/Rinderknech bat Salisbury/Skupski: 6-1, 6-4

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.