Roland-Garros, la recap du tableau masculin : Djokovic, Nadal, Schwartzman et Berrettini, le Top 10 en balade

Votre guide pour tout ce qu’il faut savoir sur la 7e journée de Roland-Garros chez les hommes, avec les qualifications de Schwartzman et Djokovic et les rencontres de Nadal et Federer.

Rafael Nadal at Roland-Garros in 2021
  • Ils ont gagné ce samedi à Roland-Garros (3e tour) : Novak Djokovic (N°1), Rafael Nadal (N°3), Roger Federer (N°8), Diego Schwartzman (N°9), Matteo Berrettini (N°9), Jannik Sinner (N°18), Jan-Lennard Struff, Lorenzo Musetti
  • Ils ont été éliminés ce samedi à Roland-Garros (3e tour) : Carlos Alcaraz, Mikael Ymer (vainqueur de Monfils au 2e tour)
  • Pour suivre toute l’actualité de Roland-Garros, rendez-vous sur cette page
  • Pour suivre les matchs en direct, voir le tableau masculin et le tableau féminin, nous vous recommandons de vous rendre le site officiel du tournoi.
  • Le programme de samedi est à retrouver ici
  • Et tout ce que vous devez savoir sur le tournoi (informations pratiques, billets, etc.) est disponible dans cet article.

Djokovic tranquille

Il était difficile d’imaginer Novak Djokovic prendre la porte dès le 3e tour contre Ricardas Berankis, 93e mondial et non adepte de la terre battue. Et ce n’est pas ce qu’il s’est produit. Le Serbe a expédié en 1h32 le Lituanien (6-1, 6-4, 6-1), qui n’a existé sur ce court Philippe-Chatrier que durant la deuxième manche. Voilà Djokovic en huitième de Roland-Garros pour la 12e année consécutive, record battu dans l’ère Open.

5 aces, seulement 5 points perdus derrière sa première balle, 11/15 au filet, 6/9 sur balles de break, 30 coups gagnants pour 18 fautes directes : Djokovic a été très solide samedi. Avec “seulement” 52 % de points gagnés derrière sa deuxième (32 % pour Berankis), le Serbe tient peut-être un axe de progression pour son huitième de finale, contre le prodige italien, Lorenzo Musetti (voir plus bas). Mais c’est vraiment histoire de chipoter…

Nadal – Sinner, déjà les retrouvailles

Rafael Nadal et Jannik Sinner s’étaient affrontés en quart de finale de Roland-Garros en 2020, pour une victoire de l’Espagnol dont le score final en trois sets (7-6, 6-4, 6-1) ne reflétait pas nécessairement l’âpreté du combat, au moins durant les deux premières manches. Ils se retrouveront lundi Porte d’Auteuil, au stade des huitièmes de finale cette fois-ci.

Nadal a fait le travail avec autorité contre Cameron Norrie, pour valider son billet pour le tour suivant en 2h07′ (6-3, 6-3, 6-3). L’Espagnol s’est surtout employé dans le deuxième set, quand le Britannique l’a breaké à deux reprises en début de manche. Mais à chaque fois, la tête de série numéro 3, menée 3-1, a répondu dans la foulée et a finalement empoché les cinq derniers jeux, concluant le set sur un formidable passing de revers. Solide au filet (13/15) et costaud derrière son engagement, Nadal a engrangé une dixième victoire consécutive sans perdre le moindre set à Roland-Garros.

Sinner s’est imposé en trois manches (6-1, 7-5, 6-3) aux dépens de Mikael Ymer (105e), tombeur de Gaël Monfils au tour précédent. Après un cavalier seul au premier set, Sinner s’est emmêlé dans la toile défensive tissée par Ymer, qui a servi pour égaliser à une manche partout et s’est même procuré une balle de set, gâchée d’un revers dans le filet. Le protégé de Ricardo Piatti en a profité, ralentissant quelque peu la cadence. Après le gain du deuxième set, Sinner ne s’est pas pour autant libéré. Il a sauvé 8 balles de break sur 2 jeux avant de s’emparer de la mise en jeu adverse quelques minutes plus tard et de conclure en 2h22.

Musetti, première !

On n’en doutait pas, mais ses résultats le confirment encore un peu plus : le tennis italien a de beaux jours devant lui. Présent pour la première fois dans le tableau final d’un Grand Chelem, Lorenzo Musetti (19 ans) a fini par dominer (3-6, 6-4, 6-3, 3-6, 6-3) son compatriote de neuf ans son aîné, Marco Cecchinato, pour s’offrir son premier huitième de finale dans un Majeur.

Malgré la perte du premier set et l’égalisation de Cecchinato à deux manches partout, le Toscan a eu les nerfs solides et ne s’est pas démobilisé, continuant à prendre des risques qui se sont avérés payants, notamment au cinquième set, où il a fait la différence. Le plus gros défi de sa jeune carrière l’attend : affronter le numéro un mondial Novak Djokovic à Roland-Garros.

La renaissance de Schwartzman

Certes, battre Philipp Kohlschreiber, 37 ans et 132e mondial, pour un demi-finaliste en titre de Roland-Garros, ce n’est pas une surprise. Sauf que l’Allemand avait créé la surprise au tour précédent en s’offrant Aslan Karatsev. Et Diego Schwartzman n’était que l’ombre de lui-même cette saison où il a eu du mal à enchaîner les victoires et a pris la porte d’entrée lors des trois tournois précédant Roland.

Mais l’Argentin, 10e mondial, semble se sentir bien à Paris. Il s’est baladé (6-4, 6-2, 6-1) contre un Kohlschreiber diminué et auteur de 37 fautes directes au troisième tour de Roland-Garros. Schwartzman file en deuxième semaine sans avoir perdu la moindre manche. Mieux, il n’a concédé que 24 jeux depuis le début de la quinzaine, soit 2,6 jeux perdus en moyenne par set. Il partira favori de son huitième de finale face à Jan-Lennard Struff.

La fin du rêve pour Alcaraz

Carlos Alcaraz n’ira pas plus loin. Le jeune Espagnol (18 ans) s’est incliné de manière nette (6-4, 7-6, 6-2) au 3e tour de Roland-Garros contre l’Allemand Jan-Lennard Struff, qui retrouve les huitièmes de finale Porte d’Auteuil, deux ans après.

Tombeur d’Andrey Rublev au premier tour, le 42e mondial a livré une prestation de haut vol samedi : 10 aces, 83 % de points gagnés derrière sa première balle (7 points perdus) et un ratio coups gagnants – fautes directes équilibré (37 pour 35). Alcaraz, qui s’est constamment fait agresser pendant les 2h15 de la rencontre, a commis beaucoup d’erreurs (37, pour 31 coups gagnants) et n’a pas réussi à mettre à mal la machine allemande. Struff tentera de rallier son premier quart en Grand Chelem contre Diego Schwartzman (voir plus haut).

Berrettini sans problème avant de jouer Federer

La seul huitième de finale théorique à se retrouver exaucé à Roland-Garros sera Federer (N°8) contre Berrettini (N°9). L’Italien n’a jamais pris un set au Suisse en deux rencontres mais le rapport de forces s’annonce plus équilibré cette fois-ci.

Roger Federer aura laissé quelques plumes dans son troisième tour de 3h35 face à l’Allemand Koepfer, dominé 7-6, 6-7, 7-6, 7-5 dans un match où le vainqueur de l’édition 2009 aura alterné le bon – dynamisme et agressivité – et le moins bon – des balles de breaks concédés très facilement et 63 fautes directes.

Matteo Berrettini, lui, est en forme. Il trace sa route avec autorité dans ce Roland-Garros. A l’aise sur terre battue malgré son gabarit impressionnant – 1,96 m pour 95 kg annoncés sur le site de l’ATP – le finaliste du dernier Masters 1000 de Madrid n’a perdu qu’un set depuis le début du tournoi. Ce samedi, il s’est défait du Sud-Coréen Kwon Soon-woo en 2h11. 7-6, 6-3, 6-4.

Surpuissant, comme souvent, au service, l’Italien a passé 70 % de premières balles et 23 aces. Résultat : aucune balle de break à défendre sur l’ensemble de la partie. Après avoir échoué pour convertir l’une des 7 opportunités de break qu’il s’est procuré dans l’acte initial, le Romain a fini par trouver la solution dans les deux suivants. Pour son premier huitième de finale sur l’ocre de la porte d’Auteuil. Le demi-finaliste de l’US Open 2019 affrontera Roger Federer ou Dominik Koepfer

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *