Djokovic à propos du Grand Chelem calendaire : “Si je commence à trop y penser, cela me pèse mentalement”

Novak Djokovic poursuit son rêve ! Le Serbe n’est plus qu’à deux victoires du Grand Chelem calendaire, mais ne veut pas trop y penser.

9 septembre 2021

Novak Djokovic est désormais à deux victoires de réaliser l’impossible. Le numéro un mondial en est à 26 victoires consécutives en Grand Chelem sur une seule saison. La performance en elle-même est époustouflante. Après avoir perdu le premier set contre Matteo Berrettini (5-7, 6-2, 6-2, 6-3) en quart de finale, le Serbe n’a pas laissé la frustration prendre le dessus.

Exactement comme il l’a fait après avoir perdu le premier set contre Kei Nishikori et Jenson Brooksby. C’est comme si perdre cette première étape le détendait : dos au mur, il n’y a plus d’espace pour trop réfléchir et ça devient juste un combat. Le cerveau d’un champion est souvent une chose très mystérieuse.

“Ce sont les trois meilleurs sets du tournoi que j’ai joués jusqu’à présent, s’est félicité Djokovic en conférence de presse, au sujet des trois dernières manches face à Berrettini. J’ai réussi à élever le niveau de mon tennis. Lorsque j’ai perdu le premier set, je suis passé à un autre niveau et j’y suis resté jusqu’au dernier point. C’est quelque chose qui m’encourage et me donne beaucoup de confiance avant les demi-finales. Ce fut une belle bataille, comme toujours avec Matteo. C’est un joueur très puissant, un joueur difficile à affronter. Il aime les grands courts. Il apporte beaucoup d’énergie, beaucoup d’intensité sur le terrain. Au premier set, j’ai eu quelques opportunités. Il a fait le break dans le onzième jeu. Il a mérité de l’emporter.”

Novak Djokovic at the 2021 US Open
Novak Djokovic at the 2021 US Open © AI / Reuters / Panoramic

“Il y avait beaucoup d’émotions. J’étais juste calme à ce moment-là. Je me suis dit : ‘Peu importe ce qui s’est passé, passe à autre chose’. Ensuite, j’ai senti que j’avais atteint un autre niveau de concentration et de calme qui m’a aidé à mieux lire son jeu, à perfectionner le mien. Mon jeu s’est nettement amélioré au cours des deux derniers matches. Il va dans la bonne direction.”

Djokovic ne veut pas penser à l’histoire

Novak Djokovic veut maintenant s’assurer de maintenir ce niveau de jeu jusqu’au bout. Conscient de l’enjeu, conscient que parfois, quand il veut trop gagner, il peut se saborder, comme on l’a encore vu aux Jeux Olympiques. Le natif de Belgrade a choisi de refuser de parler de cette course à l’histoire quand on l’a interrogé sur le court à ce sujet. Maintenant que la ligne d’arrivée du plus grand exploit de sa carrière est proche, il a décidé de l’oublier autant que possible.

“Je viens de dire des millions de fois que, bien sûr, je suis conscient de l’histoire et cela me donne de la motivation. Mais si je commence à trop y penser, cela me pèse mentalement. Je veux vraiment revenir aux bases et à ce qui fonctionne vraiment pour moi. Encore une fois, je suis dans une position qui est unique. J’en suis très reconnaissant. J’ai envie de jouer mon meilleur tennis. Mais je sais ce qui fonctionne pour moi pour gagner le prochain match. Je sais que beaucoup de gens veulent m’entendre en parler. Mais parlons-en dimanche, je l’espère.”

Djokovic mène 6-3 dans ses confrontations face à son prochain adversaire, Alexander Zverev. Mais l’Allemand a remporté leur dernier duel, en demi-finale des Jeux olympiques, et reste sur 16 victoires consécutives sur le circuit. Le numéro un mondial sait que l’Allemand n’est pas un adversaire idéal pour lui lorsqu’il est en forme, avec son gros service et son revers puissant. 

Je sais que ça va être une bataille, mais je suis prêt pour ça

Novak Djokovic

“Les Jeux olympiques ont été difficiles pour moi sur le plan émotionnel. Mais j’ai dominé le tournoi jusqu’en demi-finale. J’ai mené 6-1, 3-2 contre Zverev, qui jouait aussi très bien. J’ai joué un excellent tennis. Puis, malheureusement, mon jeu s’est effondré. Ça arrive. J’ai commencé à douter un peu de mes coups. Il a commencé à bien lire mon service. Il a un service extraordinaire et il a obtenu beaucoup de points gratuits. Ensuite, il a remporté le match confortablement, et il n’a plus perdu depuis. Il est dans une forme fantastique.”

“Mais c’est au meilleur des cinq sets. C’est un Grand Chelem. Bien sûr, en regardant ses résultats de ces dernières années, il a très bien joué ici sur ce court. L’année dernière, il est passé à quelques points de son premier titre en Grand Chelem contre Dominic Thiem. Je sais que ça va être une bataille, encore plus dure qu’aujourd’hui. Mais je suis prêt. Ce sont les obstacles que je dois surmonter pour arriver à la destination souhaitée.”

Garder les yeux sur le trophée, essayer de rester dans cette zone ou bulle mentale qui l’aidera à contrôler ce qui est en fait son pire ennemi sur un court : ses propres nerfs. C’est aussi sûrement l’une des raisons pour lesquelles Djokovic se sent plus à l’aise dans le format en cinq sets en Grand Chelem : cela lui donne suffisamment de temps pour récupérer lorsque tout commence à bouillir à l’intérieur. 

Novak Djokovic et Alexander Zverev aux Jeux olympiques de Tokyo – Panoramic

Savoir qu’il a du temps, cela lui apporte le calme dont il a besoin pour exécuter ses coups car il n’a pas le genre de jeu où les points gratuits s’accumulent. Il le savait depuis le début, bien sûr, alors il a élaboré un plan et c’est ce plan qui lui a permis de remporter 20 titres du Grand Chelem. Et c’est sur ce même schéma qu’il compte pour réaliser le Grand Chelem calendaire.

“Je sais quelles sont mes forces. Je m’y tiens. J’ai travaillé pendant des années pour perfectionner mon jeu afin qu’il n’ait littéralement aucun défaut. Chaque joueur a des faiblesses dans son jeu. Il y a toujours quelque chose que vous pouvez améliorer. Je veux avoir un jeu aussi complet que possible, de sorte que lorsque je joue contre quelqu’un, je peux m’adapter sur n’importe quelle surface, je peux proposer différents styles de jeu, je peux mettre en œuvre tactiquement le jeu dont j’ai besoin pour ce match particulier afin de gagner. Au fil des ans, le fait de travailler à perfectionner le jeu m’a vraiment aidé, je pense, à m’adapter au jeu de n’importe qui et à n’importe quelle surface.”

PDjokovic : “Plus le match est long, plus j’ai l’impression de n’avoir aucun problème”

Et donc l’idée de devoir affronter Zverev dans une demi-finale de Grand Chelem dès maintenant est en fait une option qu’il préfère au format au meilleur des trois manches des Jeux olympiques.

“J’aime jouer au meilleur des cinq sets, surtout contre les plus jeunes. L’expérience acquise sur les grands matchs m’aide. Physiquement, je me sens aussi en forme que n’importe qui d’autre. Je peux donc tenir la distance. En fait, j’aime aller jusqu’au bout. Plus le match est long, plus j’ai l’impression de n’avoir aucun problème. Je pense que j’ai plus de chances que n’importe quel autre adversaire.”

“Bien sûr, je veux bien commencer et gagner en trois sets, ne vous méprenez pas. Mais il arrive parfois que l’on connaisse des hauts et des bas au cours d’un match, surtout lorsque l’on joue contre les meilleurs joueurs du monde dans les derniers tours en Grand Chelem. Je serai prêt à jouer cinq sets, cinq heures, tout ce qu’il faudra. C’est pour ça que je suis là”. 

Faire face à l’histoire ici est à la fois un fardeau et une bénédiction, mais il est clair que Djokovic a embrassé les deux depuis le début de ce tournoi, ce qui est, vu la quantité de pression, aussi impressionnant que toute autre chose. Nous sommes donc toujours confrontés à la même question : réussira-t-il un exploit monumental dans l’histoire du tennis ? 

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *