le meilleur du tennis
dans ta boite mail

Des milliers de fans sont déjà abonnés

y

D’une célébration sans émotion aux larmes en conférence de presse, Rybakina a mis du temps à réaliser son sacre à Wimbledon

Elena Rybakina a simplement serré le poing pour célébrer son titre à Wimbledon, avant de lâcher quelques larmes quelques heures plus tard devant les journalistes.

Elena Rybakina, en conférence de presse après sa victoire à Wimbledon 2022 Elena Rybakina, en conférence de presse après sa victoire à Wimbledon 2022 – (© Wimbledon / Tennis Majors)

On aime voir l’émotion d’un joueur ou d’une joueuse juste après la balle de match pour célébrer sa victoire en finale d’un tournoi du Grand Chelem. Cela fait partie de la beauté du tennis. Mais les amoureux de la petite balle jaune ont été surpris et déçus de voir Elena Rybakina simplement serrer le poing comme si elle venait de passer le premier tour. 

Pour son premier titre du Grand Chelem, à Wimbledon, dans le temple du tennis, la Kazakhe n’a pas versé la moindre larme sur le Centre Court et n’a pas semblé ressentir la moindre émotion au moment de recevoir le fameux Venus Rosewater Dish (le trophée de la vainqueure) des mains de Kate Middleton, la duchesse de Cambridge.

« Je ne savais pas quoi faire » a avoué la nouvelle reine de Wimbledon. « C’était choquant. Je ne sais pas, peut-être parce que je crois que je pouvais garder cette émotion en moi. Mais en même temps, c’est comme si j’avais trop d’émotions. J’essayais juste de rester calme. »

« Je suis toujours très calme, donc… je ne sais pas ce qui était censé se passer, a lâché Elena Rybakina dans un sourire. Quand je faisais mon discours à la fin, je me disais que j’allais pleurer la seconde d’après, mais je me suis retenue. Peut-être que plus tard, quand je serai seule dans la pièce, je pleurerai sans arrêt. Je ne sais pas. »

Les yeux humides en parlant de ses parents

Elle n’eut pas à attendre aussi longtemps. Au fur et à mesure des questions, Elena Rybakina a sans doute commencé à réaliser la portée de son formidable exploit. Elle est la première joueuse kazakhe (hommes et femmes confondus) à remporter un tournoi du Grand Chelem. Interrogée par les journalistes sur ses parents et sur la fierté qu’ils avaient du ressentir, la joueuse de 23 ans a lâché quelques larmes, celles certainement retenues sur le Centre Court quelques heures plus tôt.

« Ils vont probablement être super fiers » a d’abord expliqué Elena Rybakina avant de verser plusieurs larmes. « Vous vouliez voir de l’émotion. Je l’ai gardée trop longtemps » a-t-elle expliqué en riant, avant de revenir sur ses parents. « Ils ont toujours cru en moi. Ils voulaient d’abord que je joue et que je m’amuse sur le court, ce que j’ai toujours fait. Après, quand j’ai traversé des moments difficiles, ils ont toujours cru en moi. »

Elena Rybakina va maintenant prendre le temps de réaliser et surtout de célébrer son premier titre du Grand Chelem. Comment ? La Kazakhe a donné la réponse devant les médias : « Je ne sais pas comment mais c’est sûr que je vais fêter ça avec mon équipe, avec mes amis et ma famille. »

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *