le meilleur du tennis
dans ta boite mail

Des milliers de fans sont déjà abonnés

y

Record pour Nadal, 11e titre pour Monfils, retour réussi pour Barty : les 10 infos que vous auriez pu manquer pendant “l’affaire Djokovic”

Difficile de suivre les infos tennis pendant que l’attention est focalisée sur l’affaire Djokovic ? Voici ce qu’il faut retenir cette semaine.

Maxime Cressy and Rafael Nadal, Melbourne, 2022 © AP Photo/Hamish Blair

1. Nadal, de retour avec un 89e titre et un record

Deux matchs en quasiment sept mois. Blessé au pied gauche pendant sa demi-finale épique perdue face à Novak Djokovic à Roland-Garros, Rafael Nadal avait tenté un retour à Washington début août avant de mettre un terme à sa saison. Cette semaine, lors de l’ATP 250 de Melbourne, pour ses premiers duels officiels après le tournoi exhibition d’Abou Dabi disputé avant Noël, Nadal s’est rassuré. Sans être écrasant de domination face à des adversaires tous classés au-delà de la 90e place, Nadal, qui a bénéficié du forfait de Griekspoor en quarts de finale, n’a toutefois pas perdu une manche face à Berankis, Ruusuvuori et Cressy. Sauvant une balle de set face à ce dernier en finale, Nadal, grâce à son 89e sacre en simple sur le circuit principal, est devenu le premier homme à remporter au moins un titre au cours d’une saison pour la 19e année consécutive.

2. Cressy, la renaissance du service-vollée

Du haut de son mètre 98, Maxime Cressy pratique un jeu “à l’ancienne” : le service-volée. Sans hésiter à se ruer au filet y compris sur seconde balle dans les moments importants, à l’image de sa balle de premier set (perdue) face à Rafael Nadal ce dimanche. Issue des qualifications et 112e mondial, l’Américano-Français de 24 ans a notamment vaincu Reilly Opelka et Grigor Dimitrov cette semaine, les têtes de série numéro 2 et 3 de l’ATP 250 de Melbourne. “Je sui sûr qu’il peut être très dangereux sur dur et gazon”, a déclaré Nadal à son sujet. “Je ne le connais pas personnellement, mais il a l’air humble et professionnel. S’il est bien préparé mentalement, capable de rester concentré sur ce qu’il a faire, il sera bien plus haut dans le classement en fin de saison. J’en suis vraiment certain.”

3. En proie au doute en 2021, Monfils débute 2022 pied au plancher

Avant l’arrivée de la pandémie et l’arrêt du circuit en 2020, il jouait l’un des meilleurs tennis de sa vie, comme il l’a plusieurs fois confié. Après, il a connu l’une des pires périodes de sa carrière. De l’histoire ancienne. Tête de série numéro 1 de l’ATP 250 d’Adélaïde, Gaël Monfils a tenu son rang pour soulever son onzième trophée en simple sur le circuit principal. Tombeur de J.M Cerundolo, Paul, Kokkinakis et Kachanov sans lâcher le moindre set, le Français n’a jamais perdu plus de cinq jeux au cours d’une manche cette semaine. “L’année dernière a été très difficile pour moi”, a-t-il déclaré lors de la remises des trophées. “J’ai presque – je ne dirais pas voulu tout arrêté – perdu ma foi dans le tennis. Mais Elina (Svitolina) était là. C’est grâce à elle. Merci Elina, merci pour tout.”

4. Emmené par Auger-Aliassime et Shapovalov, le Canada remporte son premier titre par équipe

Si le Canada a remporté l’ATP Cup, c’est en grande partie grâce au duo formé par Félix Auger-Aliassime et Denis Shapovalov. Grâce à eux, le pays à la feuille d’érable a soulevé son premier trophée par équipe, hommes et femmes connfondus, chez les seniors. Cette semaine, Shapovalov, du feu dans le bras gauche, a notamment battu deux de ses bêtes noires – Struff et Carreño Busta – en plus du double décisif gagné face à la Russie en demi-finale, associé à FAA. Ce dernier, quant à lui, bien qu’écrasé (6-4, 6-0) par Medvedev, a brillé en venant à bout de Norrie, Bautista Agut et A. Zverev, sa première victoire contre un membre du Top 3. Grâce à ses performance, il a assuré son retour au sein des dix meilleurs joueurs du monde, cercle qu’il avait fréquenté le temps d’une semaine fin 2021.

5. Barty et Halep son (déjà) prêtes

Après son élimination au troisième tour de l’US Open face à Shelby Rogers, Ashleigh Barty avait mis un terme à sa saison pour pouvoir rester chez elle, en Australie. Les quatre mois sans compétition ne lui ont pas coupé les jambes. Bousculée par Cori Gauff pour son entrée en lice – victoire 4-6, 7-5, 6-1 -, la numéro 1 mondial a ensuite déroulé pour remporter le WTA 500 d’Adélaïde : succès 6-3, 6-4 face à Kenin, 6-2, 6-4 contre Swiatek puis 6-3, 6-2 devant Rybakina. Son 14 titre en simple sur le circuit principal

Simona Halep, elle, retrouve peu à peu sa plénitude physique. Stoppée pendant trois mois par une déchirure au mollet alors qu’elle était troisième mondiale en arrivant à Rome l’an passé, la Roumaine, désormais vingtième, a aligné cinq succès de suite pour la première fois depuis le WTA 1000 de Rome en septembre 2020, date de ce qui était jusqu’à ce dimanche son dernier sacre. Reine du WTA 250 Melbourne 1, Halep a vaincu Aiava, Ruse, Golubic, Zheng et Kudermetova cette semaine. “Mon corps est au top », a-t-elle expliqué en conférence de presse après son succès. « Je me sens bien, pas fatiguée. Physiquement, je suis là où je voulais être. »

6. Osaka “heureuse d’être de retour”, mais pas encore prête pour enchaîner les matchs

Si Simona Halep a affronté Veronika Kudermetova en finale de Melbourne 1, c’est aussi parce que cette dernière a bénéficié du forfait de Naomi Osaka, tête de série numéro 1, en demi-finale. Absente du circuit depuis sa défaite au troisième tour de l’US Open face à Leylah Fernandez, la Japonaise a réussi sa reprise grâce à une victoire difficile (6-4, 3-6, 6-3) face Alizé Cornet, avant d’écrabouiller Maryna Zanevska (6-1, 6-1) puis d’écarter Andrea Petkovic (6-1, 7-5). Un enchaînement de matchs qui a laissé des traces. « J’ai pris beaucoup de plaisir ici à Melbourne », a-t-elle expliqué. « Malheureusement, j’ai une blessure aux abdominaux qui me demande du repos afin d’être prête pour l’Open d’Australie. Mon corps a été secoué après avoir eu des matchs intenses alors que je sortais d’une longue pause. »

7. Tsitsipas, dans le doute quant à son niveau pour l’Open d’Australie

Opéré du coude en fin de saison dernière, Stéfanos Tsitsipas a d’abord joué la prudence pendant l’ATP Cup. Préférant “commencer en douceur”, comme il l’a expliqué, par un double plutôt qu’avec un choc face à Hubert Hurkacz lors de la première rencontre de la Grèce, le quatrième joueur mondial s’est ensuite incliné (6-7, 6-3, 6-3) contre Diego Schwartzman avant de bénéficier de l’abandon, à 4-1 en sa faveur, de Nikoloz Basilashvili puis de s’aligner à nouveau en double. “Je n’ai pas eu l’occasion de jouer beaucoup de matchs”, a-t-il déclaré en conférence de presse. “J’ai joué à peine un match et demi en simple. Je ne peux pas vous dire (s’il sera fin prêt pour l’Open dAustralie). J’ai besoin de plus de rencontres pour évaluer la situation.”

8. Gauff, proche de battre sa première numéro 1 mondiale

En mai 2021, sur la terre battue du WTA 1000 de Rome, Cori Gauff avait signé sa première victoire face à une numéro 1 mondiale. Un succès au goût amer. Alors qu’elle était menée 6-4, 2-1, la jeune américaine avait bénéficié de l’abandon d’Ashleigh Barty. Cette semaine, au deuxième tour du WTA 500 d’Adélaïde, la surnommé “Coco” a n’est pas passée loin de faire tomber la reine du circuit à la régulière. Après avoir mené 6-4, 4-2, la native d’Atlanta s’est finalement inclinée 4-6, 7-5, 6-1. Ce n’est que partie remise, sans doute, pour la jeune et ambitieuse prodige qui n’a pas encore fêté ses 18 ans.

9. Anisimova, épaulée par Cahill, soulève son deuxième trophée

Après son premier titre en simple sur le circuit principal à Bogota en avril 2019, Amanda Anisimova avait éclaté à la face du monde en atteignant les demi-finales de Roland-Garros deux mois plus tard, à 17 ans. Tragiquement freinée par la mort de son père, qui était aussi son coach, en août de la même année, la prodige américaine marquait le pas depuis. 79e en arrivant en Australie, celle qui a été 21e à son top est venue à bout de Van Uyvanck, Cirstea, Begu, Kasatkina et Sanovich cette semaine pour remporter le WTA 250 Melbourne 2. Grâce, notamment, à l’aide de Daren Cahill, l’ancien entraîneur emblématique d’Halep. “Nous débutons tout juste ensemble et nous apprenons encore à nous connaître”, a révélé Anisimova. “Nous verrons comment ça se passe, et je souhaite que ça puisse se transformer en collaboration longue durée.”

10. Peng Shuai, on n’oublie pas

Le monde du tennis est toujours sans preuve convaincante de la liberté de Peng Shuai. Numéro 1 mondiale en double en 2014 et 14e en simple en 2011, la joueuse chinoise a eu 36 ans ce samedi 8 janvier.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.