26 octobre 2006 : Le jour où la carrière de Mary Pierce s’est brutalement terminée

Mary Pierce a été victime d’une déchirure des ligaments croisés antérieurs du genou gauche le 26 octobre 2006, lors du tournoi de Linz. Une grave blessure qui a contraint la joueuse française à mettre un terme à sa carrière.

Ce qu’il s’est passé ce jour-là et pourquoi c’est historique : Pierce, cruelle dernière sortie

Ce jour-là, le 26 octobre 2006, alors qu’elle affronte Vera Zvonareva au deuxième tour du tournoi de Linz, Mary Pierce est victime d’une terrible blessure. La double vainqueure de Grand Chelem est touchée aux ligaments du genou, une blessure qui mettra un terme à sa carrière : elle n’arrivera plus jamais à jouer au tennis sans ressentir la moindre douleur.

Les joueuses

Mary Pierce, de retour de blessure

Mary Pierce est née en 1975 à Montréal, au Canada, mais elle a choisi de représenter la France, le pays de sa mère. A l’époque, elle est la plus jeune joueuse de l’histoire à faire ses débuts professionnels, à l’âge de quatorze ans et deux mois, mais c’est en 1991 qu’elle atteint le plus haut niveau en remportant son premier titre à Palerme avant de terminer l’année à la 26e place mondiale. Le début de sa carrière est fortement marqué par le comportement violent de son père, Jim, qui, en 1993, amène la WTA à l’interdire de stade, et amène Mary à demander une ordonnance restrictive à son encontre.

Au cours des deux saisons suivantes, elle s’adjuge quatre tournois supplémentaires et, après avoir atteint les quarts de finale à l’Open d’Australie 1993, elle parvient en finale de Roland-Garros en 1994. Avant de s’incliner face à Arantxa Sanchez (6-4, 6-4), elle balaie la numéro 1 mondiale, Steffi Graf, en demi-finale (6-2, 6-2), en livrant l’une des performances les plus impressionnantes de l’histoire du tournoi. Quelques mois plus tard, Pierce devient la première Française à triompher en Grand Chelem depuis François Dürr (Roland-Garros 1967), prenant sa revanche sur Sanchez en finale (6-3, 6-2). 

Mary Pierce and Conchita Martinez, 2000 Roland-Garros final

Après une année 1996 gâchée par les blessures, elle dispute en 1997 une deuxième finale de Majeur, cette fois à Melbourne. Elle est sèchement battue par la prodige suisse, Martina Hingis (6-2, 6-2). Cette même année, elle mène la France à la victoire en Fed Cup et se hisse en finale du Masters (battue par Jana Novotna, 7-6, 6-2, 6-3).  Régulière au plus haut niveau, elle atteint le point culminant de sa carrière en juin 2000, lorsqu’elle triomphe à Roland-Garros, aux dépens de Conchita Martinez (6-2, 7-5). 

Souvent blessée entre 2001 et 2003, elle revient au sommet en 2005. Elle termine l’année à la 5e place mondiale, après avoir été finaliste à Roland-Garros (défaite par Justine Henin, 6-1, 6-1), à l’US Open (battue par Kim Clijsters, 6-3, 6-1) et au Masters (battue par Amélie Mauresmo, 5-7, 7-6, 6-4). En 2006, une blessure au pied l’éloigne des courts six mois durant (février-août). Elle pointe au 29e rang mondial au mois d’octobre.

Vera Zvonareva, elle aussi perturbée par des pépins physiques

Vera Zvonareva, née en 1984, dispute son premier tableau final sur le circuit en 2000, à Moscou, où elle parvient au deuxième tour, battue par la 11e mondiale, Anna Kournikova (7-6, 6-4). Elle intègre le Top 100 en 2002, après avoir atteint les huitièmes de finale de Roland-Garros alors qu’elle était issue des qualifications (éliminée par Serena Williams, 4-6, 6-0, 6-1). En 2003, elle remporte son premier titre à Bol (aux dépens de Conchita Granados, 7-6, 6-3) et, quelques semaines plus tard, elle obtient le meilleur résultat de sa carrière en Grand Chelem en disputant les quarts de finale à Paris (battue par Nadia Petrova, 6-1, 4-6, 6-3). 

A la fin 2004, elle est 11e mondiale : en un an, elle a gagné le tournoi de Memphis (battant en finale Lisa Raymond, 4-6, 6-4, 7-5), atteint les finales de Cincinnati (vaincue par Davenport, 6-3, 6-2) et Philadelphie (dominée par Mauresmo, 3-6, 6-3, 6-2) et disputé pas moins de six demi-finales. Sa saison 2005 est gâchée par les blessures et elle redescend à la 42e mondiale, mais en octobre 2006, elle est remontée au 26e rang du classement WTA.

Le lieu : Linz

L’Open Generali de Linz a été créé en 1991. Il a lieu chaque année sur dur intérieur au mois d’octobre. En 1998, le tournoi passe en catégorie Tier II, attirant ainsi des stars telles que Lindsay Davenport, qui gagne le tournoi en 2000 et en 2001. Mary Pierce s’est imposée à Linz en 1999.

L’histoire : Et soudain, un cri déchirant…

Lorsque Mary Pierce entre sur le court pour affronter Vera Zvonareva au deuxième tour du tournoi de Linz, rien ne peut permettre de deviner qu’il s’agira du dernier match de sa carrière. Après tout, la championne de Roland-Garros 2000 a débuté l’année en visant la première place mondiale, et bien qu’une blessure au pied ait perturbé ses plans, elle est toujours motivée et compétitive.

Pierce empoche la première manche (6-4) et au deuxième set, elle se procure même trois balles de match, que Zvonareva parvient à écarter. Au service à 6-5 contre elle, la Russe a maintenant une balle d’égalisation à 6-6. Au cours de ce point, juste après une défense de coup droit, le genou de Pierce tourne sur lui-même et la joueuse s’effondre en poussant un cri déchirant. Alors qu’elle reste au sol, tenant son genou à deux mains, son adversaire la rejoint en courant, munie d’un sac de glace, quelques instants avant que le staff médical n’arrive à son tour. Pierce souffre tellement que l’issue du match ne laisse aucun doute, mais au vu de la blessure qu’elle vient de subir, la suite de sa carrière, à 31 ans, est rapidement remise en question par nombre d’observateurs.

Le jour suivant, Pierce se veut rassurante – « Pour moi, ce n’est pas encore le moment d’arrêter, et tant que je me sens comme ça, je compte tout donner » -, mais son entraîneur physique, Xavier Moreau, pense quant à lui que « ça risque d’être un choc lorsqu’on va lui annoncer combien de temps elle va être éloignée du tennis ».

L’ancienne 4e mondiale a toujours en tête les Jeux Olympiques de 2008, bien que les médecins aient diagnostiqué une rupture des ligaments croisés du genou gauche, et qu’une opération soit indispensable.

Postérité du moment

Malgré tous ses efforts, Mary Pierce ne rejouera jamais sur le circuit. En 2008, après une exhibition disputée avec Chris Evert, elle révèlera que son genou est toujours douloureux. Bien qu’elle n’annoncera jamais officiellement sa retraite, Pierce ne sera jamais en mesure de reprendre la compétition.

Vera Zvonareva sera éliminée au tour suivant par Patty Schnyder (7-6, 6-4). Par la suite, la Russe se hissera jusqu’à la deuxième place mondiale, remportant au cours de sa carrière 12 tournois et atteignant les finales de Wimbledon et de l’US Open en 2010 (battue par Serena Williams à Londres et par Kim Clijsters à New York).

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *