Abonnez-vous à la newsletter

Zverev visait les sommets mais il s’est déçu lui-même : “Si je joue comme ça, je ne mérite pas d’être numéro un mondial”

En l’absence de Novak Djokovic, Alexander Zverev visait le titre à l’Open d’Australie pour se rapprocher de la place de numéro un mondial, mais il s’est brutalement arrêté en huitième de finale.

Alexander Zverev, Open d'Australie 2022 Alexander Zverev, Open d’Australie 2022 – © AI / Reuters / Panoramic

Open d’Australie 2022 | Tableau | Programme | Huitième de finale

Pour la première fois de sa carrière, Alexander Zverev a débuté un tournoi du Grand Chelem dans la peau d’un favori, a égalité avec Daniil Medvedev. Un statut acquis en raison de l’absence de Novak Djokovic, expulsé du pays, mais également en raison de ses résultats en fin de saison dernière, où il a notamment remporté le Masters pour la deuxième fois de sa carrière après des victoires face aux numéro un et deux mondiaux. 

Alexander Zverev s’était lui-même mis un peu de pression en déclarant qu’il se voyait comme faisant partie du nouveau Big 3 avec Djokovic et Medvedev, qu’il visait le titre en Australie et qu’il serait bien placé pour atteindra la première place mondiale en cas d’absence de Novak Djokovic. « Nous verrons ce qui se passera avec Djokovic à Melbourne, j’espère qu’ils pourront le laisser jouer. Si nous regardons le calcul, si Novak ne va pas en Australie et que je gagne le tournoi, je sortirais numéro un. »

Mais ce calcul est peut-être monté à la tête de l’Allemand qui s’est incliné dès les huitièmes de finale de l’Open d’Australie face à Denis Shapovalov (6-3, 7-6, 6-3). Le bilan d’Alexander Zverev en Grand Chelem dès que la pente s’élève n’est pas très flatteur. 0 victoire en 11 matchs face au Top 10, quatre succès en 19 rencontres face au Top 20…

Zverev n’était pas à la hauteur de ses ambitions 

Alexander Zverev n’a plus atteint une finale de Grand Chelem depuis sa toute première, à l’US Open en 2020. C’est la première fois depuis Wimbledon 2021 que l’Allemand s’incline en huitièmes de finale en Majeur. Le numéro trois mondial ne s’est pas trouvé d’excuses et a expliqué que son jeu n’était actuellement pas à la hauteur de ses ambitions. 

« Pour être honnête, il n’y a pas grand-chose que je puisse dire ou retirer de positif de cette journée. C’est peut-être l’un de mes pires matchs depuis Wimbledon. J’ai mal joué toute la semaine. Pour être honnête, je ne pensais pas que je jouais si bien que ça. À part contre John Millman, j’ai peut-être fait un bon match, mais les deux autres matches n’étaient pas terribles non plus. C’est très différent de jouer le jour et la nuit ici. Je pense que cela ne m’a pas aidé, d’une certaine manière. »

« Je n’ai pas d’excuses. Au final, je dois faire mieux que ça. Je suis venu ici avec l’objectif de gagner, et peut-être de devenir numéro 1 et tout ça. Mais si je joue comme ça, je ne le mérite pas. C’est aussi simple que cela. »

Alexander Zverev, Open d’Australie 2022 – © AI / Reuters / Panoramic

C’est uniquement de ma faute

Alexander Zverev

La préparation d’Alexander Zverev avant l’Open d’Australie avait pourtant été bonne, avec deux victoires à l’ATP Cup et une défaite sur le fil face à Félix Auger-Aliassime. L’Allemand n’avait ensuite pas perdu un set à Melbourne avant de retrouver Denis Shapovalov. Mais son jeu était trop brouillon ce dimanche pour lui permettre d’aller plus loin.

Alexander Zverev n’a remporté que six points derrière sa seconde balle sur l’ensemble de la partie et a terminé la rencontre avec 32 fautes directes et 8 doubles fautes. Au moment d’analyser sa performance le numéro trois mondial ne s’est pas cherché d’excuses et a assumé sa responsabilité dans cet échec.

« J’ai eu une bonne intersaison. J’ai eu une bonne préparation. Parfois, il n’y a pas que ça. Écoutez, il n’y a pas d’excuses. J’ai besoin d’être meilleur, j’ai besoin de faire mieux. C’est aussi simple que ça. Ce n’est la faute de personne d’autre. Ce n’est pas la faute du coach, ce n’est pas la faute de mon équipe, ce n’est la faute de personne d’autre. C’est purement moi. Au bout du compte, en tant que numéro 3 mondial, je dois assumer la responsabilité de ce que je fais et de ce que je ne fais pas. Aujourd’hui, je n’étais pas assez bon pour battre quelqu’un comme Denis. »

L’Allemand pourrait sortir de son “nouveau Big 3” si Stefanos Tsitsipas atteint la finale de l’Open d’Australie 2022. Avec cette grosse contre performance en Majeur, Alexander Zverev n’a pas fini d’entendre parler de son absence de titre en Grand Chelem.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.