Osaka : « J’ai vraiment cru que je ne jouerais pas pendant la majeure partie de la saison 2022 »

Lors de son retour après quatre mois d’absence, Osaka a expliqué qu’elle avait pensé à la possibilité de ne pas jouer en 2022.

En 2022, les compteurs sont remis à zéro. Après avoir terminé en larmes lors de conférence de presse à Cincinnati et l’US Open en 2021, dernière image que l’on gardait de la Japonaise sur le circuit WTA, Naomi Osaka s’est cette fois-ci présentée devant les journalistes avec le sourire et en développant la plupart de ses réponses. 

À Melbourne, la 13e joueuse mondiale a remporté son premier match de la saison ce mardi face à Alizé Cornet, et est désormais en demi-finale après son succès face à Andrea Petkovic. Toujours heureuse d’être en Australie, là où elle a remporté deux titres du Grand Chelem, Naomi Osaka s’est livrée en conférence de presse et a notamment expliqué qu’après sa défaite à New York, elle pensait ne pas beaucoup jouer en 2022. 

« J’ai vraiment cru que je ne jouerais pas pendant la majeure partie de cette année. Je pense que je suis vraiment – je ne pense pas que « fière » soit le bon mot, mais je suis vraiment contente de moi-même, d’aimer autant ce sport parce que j’ai littéralement expliqué que je n’étais pas sûre de quand j’allais jouer après l’US Open, et je suis ici maintenant, et c’est ce que j’ai fait il y a environ deux ans. Honnêtement, je suis sur le même programme qu’en 2020, comme si c’était un calendrier normal pour moi. »

« Je pense que pendant mon break de quatre mois, je me sentais un peu comme si je ne savais pas ce que mon avenir allait être. Je suis sûre que beaucoup de gens peuvent s’identifier à ça. Bien sûr, on ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve, mais c’était vraiment une période d’indécision. Mais je suis vraiment heureuse d’être assise ici devant vous en ce moment. »

Naomi Osaka, Melbourne 2022 – © AI / Reuters / Panoramic

L’objectif principal pour Osaka : s’amuser

Après une saison 2021 où elle a révélé ses problèmes de santé mentale au grand jour, Naomi Osaka n’avait pas l’air heureuse d’être sur un court de tennis. La tenante du titre de l’Open d’Australie avait expliqué au mois de septembre dernier, à l’US Open, qu’elle se sentait libérée d’un poids et soulagée quand elle gagnait un match plutôt que de sentir heureuse. 

Après avoir pris le temps de réfléchir à son avenir et à ce qu’elle aime faire dans la vie, Naomi Osaka a donc décidé de faire son retour sur le circuit WTA sans se fixer d’objectif en matière de résultat. Tout ce qui compte pour elle, c’est d’être heureuse, de s’amuser et de ne pas pleurer en conférence de presse. Objectif rempli pour sa rentrée des classes. 

Je n’ai vraiment qu’un seul objectif majeur cette année, c’est m’amuser sur le terrain. Et aussi celui de ne plus jamais pleurer en conférence de presse.

Naomi Osaka

« J’ai l’impression que pour moi, je n’ai vraiment qu’un seul objectif majeur cette année, et il ça n’a rien à voir avec les résultats. Je veux juste avoir l’impression qu’à chaque fois que j’entre sur le terrain, je m’amuse. Je peux quitter le terrain en sachant que, même si j’ai perdu, j’ai fait tout ce que j’ai pu. J’ai aussi un objectif en conférence de presse, celui de ne plus jamais pleurer. »

« J’ai l’impression que je suis le genre de personne qui se préoccupe un peu trop des résultats, du classement et de ce genre de choses. J’ai juste besoin de trouver un moyen d’apprécier le jeu à nouveau, car c’est la raison pour laquelle j’ai joué en premier lieu. »

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *