Garbiñe Muguruza en 2021 : histoire d’une renaissance

A 28 ans, Garbiñe Muguruza a réussi un retour époustouflant dans le top 3 pour la première fois depuis 2017 grâce à son titre au Masters. Retour sur l’année de l’Espagnole, qui a remporté trois tournois cette année.

Garbiñe Muguruza, 2021

Après trois ans passés hors du top 10, Garbiñe Muguruza a terminé l’année 2021 sur la troisième marche à la WTA. L’Espagnole a remporté trois tournois cette année, son meilleur total en une saison, et étoffe son palmarès à dix titres en carrière. L’ancienne numéro 1 mondiale est surtout devenue la première joueuse espagnole à s’imposer au Masters de fin d’année, son plus grand titre avec Roland-Garros 2016 et Wimbledon 2017. Elle l’a fait à Guadalajara, terre latino où elle a passé l’une des semaines les plus heureuses de sa vie.

  • Le classement de Muguruza fin 2020 : 15
  • Le classement de Muguruza fin 2021 : 3
  • Le bilan de l’année de Muguruza : 42 – 17
  • Les titres de Muguruza en 2021 : 3 (10 en carrière)
Garbiñe Muguruza, Masters 2021, © Zuma / Panoramic

LA MEILLEURE PERFORMANCE DE MUGURUZA : SA VICTOIRE AU MASTERS DE FIN D’ANNEE

C’est sur dur que Garbiñe Muguruza a obtenu ses meilleurs résultats cette saison. Elle a soulevé trois titres cette année, tous sur cette surface, à Dubaï et Chicago avant de terminer l’année en apothéose au Masters de Guadalajara. Son plus grand titre depuis Wimbledon 2017.

La tête de série numéro 6 a créé la surprise en remportant cinq de ses six matchs. Elle est passée proche de l’élimination lors des phases de poules après avoir perdu son premier match contre Karolina Pliskova et avoir été menée d’un set contre Barbora Krejcikova, finalement dominée 2-6, 6-3, 6-4.

La protégée de Conchita Martinez a battu en finale la joueuse en forme de cette fin de saison, Anett Kontaveit (6-3, 7-5), qui restait sur treize victoires en quatorze rencontres. Cinq jours après avoir déjà pris le dessus sur l’Estonienne lors de leur match de poules, Muguruza a frappé plus fort encore en s’évitant un match à rallonge. Alors que Kontaveit a servi pour le gain de la deuxième manche, l’Espagnole a aligné quatre jeux de rang pour s’offrir son plus beau titre depuis quatre ans.

LE MEILLEUR RÉSULTAT DE MUGURUZA EN GRAND CHELEM : DEUX HUITIEMES DE FINALE SUR DUR

Finaliste de l’Open d’Australie 2020, Muguruza n’a pas eu la même réussite en Grand Chelem cette année, avec deux huitièmes de finale pour meilleurs résultats. A Melbourne, elle est pourtant passée à un point d’une place en quarts de finale, mais elle n’est pas parvenue à convertir l’une de ses deux balles de match contre la future vainqueur Naomi Osaka (4-6, 6-4, 7-5). Un match plein qui prouvait bien qu’elle pouvait jouer les premiers rôles cette saison sur dur. Elle reste d’ailleurs la seule à avoir réussi à prendre un set à la Japonaise sur sa route vers le titre.

A l’US Open, le Grand Chelem qu’elle juge le plus difficile à remporter, elle a égalé son meilleur résultat en ralliant les huitièmes de finale en éliminant au passage l’ancienne numéro 1 mondiale et finaliste 2020 Victoria Azarenka. Mais c’est une autre vainqueure de Grand Chelem, Barbora Krejcikova, qui l’a poussée vers la sortie (6-3, 7-6[4]) dans une fin de match tendue. Après s’être procurée trois balles de deuxième set sur le service adverse, Muguruza n’a pas apprécié le temps mort médical de plus de 8 minutes à 6-5 de la lauréate de Roland-Garros. Derrière, son mauvais début de tie-break lui a été fatal.

Reste deux sorties de route prématurées et décevantes là où elle a pourtant remporté ses deux Grand Chelems : un premier tour à Roland-Garros et un troisième tour à Wimbledon.

LE MEILLEUR MOMENT DE SA SAISON : UN DEBUT DE SAISON SOLIDE ET UNE FIN EN APOTHEOSE

Son début d’année très performant lui a permis de prendre confiance et de poser les jalons sur dur pour la deuxième partie de saison. Elle a effacé son année 2020 décevante, sans le moindre titre, en disputant trois finales en deux mois au Yarra Valley Classic de Melbourne, à Doha et à Dubaï.

En Australie, pour son deuxième tournoi de l’année, elle a remporté ses quatre premiers matchs en ne laissant que dix jeux en route, sortant trois têtes de série sur son parcours (Pavlyuchenkova, Kenin, Vondrousova). Son beau combat en finale contre Ashleigh Barty, perdu 7-6, 6-4, a attesté la possibilité de son retour au plus haut niveau.

Après deux défaites (face à Barty à Melbourne et Kvitova à Doha), la troisième finale a été la bonne. Dans le WTA 500 des Emirats arabes unis, elle a dominé trois top 20, Iga Swiatek, Aryna Sabalenka pour la deuxième semaine de suite, Elise Mertens, puis Barbora Krejcikova en finale (7-6[6], 6-3).

En octobre, Muguruza a glané son deuxième titre de la saison sur le dur de Chicago en dominant en finale l’une des joueuses en forme de cette fin de saison, Ons Jabeur (3-6, 6-3, 6-0). Elle a renversé un match mal embarqué et aligné dix jeux de rang pour s’imposer et prendre une sérieuse option dans la course à la qualification au Masters.

Garbiñe Muguruza, Chicago 2021
Garbiñe Muguruza, Chicago 2021, © Zuma / Panoramic

Le meilleur moment de sa saison est arrivé finalement à la toute fin de 2021, à l’occasion de sa quatrième apparition au Masters de fin d’année. « Cela faisait longtemps que je n’avais pas remporté de gros titre et j’ai ressenti un soulagement en remportant ce Masters, vraiment, a-t-elle déclarée dans une interview au média sportif espagnol Mundo Deportivo. C’est très difficile à réaliser et la souffrance en valait la peine. »

L’hispano-vénézuélienne, née à Caracas, a toujours eu de bons résultats au Mexique, où elle désormais remporté trois de ses dix titres. « Il n’y a pas de meilleur sentiment que d’avoir mon nom dans l’histoire. Quand j’ai su que le Masters allait se jouer au Mexique, en Amérique latine. Je me suis dit que je devais y aller et j’ai réussi. »

LE « PIRE » MOMENT DE LA SAISON DE MUGURUZA : SON PASSAGE SUR TERRE BATTUE ET SA PIRE DEFAITE A ROLAND-GARROS

Son élimination dès le premier tour de Roland-Garros par Marta Kostyuk, 6-1, 6-4, reste une contre-performance pour l’ancienne vainqueure du tournoi. Il s’agit de sa pire défaite Porte d’Auteuil, où elle a pourtant ouvert son palmarès en Grand Chelem et connu l’une de ses plus belles joies.

Une blessure musculaire à la cuisse gauche contractée à Charleston, à l’occasion de son tournoi de transition sur terre battue, a compromis sa saison sur la brique pilée. En huitièmes de finale du WTA 500 en avril, cette douleur l’a contrainte à déclarer forfait alors qu’elle menait 6-0, 2-2 contre Yulia Putintseva en huitièmes de finale. Elle a ensuite fait l’impasse sur Madrid, pour ne disputer qu’un seul tournoi de préparation au Grand Chelem sur ocre. Un huitièmes de finale à Rome, défaite par Elina Svitolina (6-4, 6-2).

HORS-COURT : UN NOUVEAU COMPAGNON, LES HONNEURS DU ROI D’ESPAGNE ET DU REAL MADRID

Après son titre au Masters, Muguruza a été reçue par le roi et la reine d’Espagne, avant d’assister à la remise du prix de la personnalité de l’année 2021 remis par Vanity Fair, où elle a posé pour la première fois pour les photographes avec son compagnon, Arthur Borges, directeur de la division costumes de la marque américaine Tom Ford. Le couple a d’ailleurs passé les vacances ensemble aux Caraïbes après son titre à Guadalajara.

Le lendemain, le 1er décembre, elle était invitée par le Real Madrid pour donner le coup d’envoi du match de Liga entre le club madrilène et l’Atletic Bilbao au stade Santiago Bernabeu.

MUGURUZA PAR MUGURUZA : « MA MEILLEURE ANNÉE »

« C’est ma meilleure année, je n’ai jamais gagné autant de titres (3) ni fait autant de finales (5) dans la même saison, a déclaré la championne au Mundo Deportivo. Il y a eu des hauts et des bas, une blessure m’a gênée sur terre battue et je n’ai pas gagné de Grand Chelem, mais je me suis senti plus heureuse et plus stable. »

Je veux compléter le cercle parfait. Je suis une joueuse de grands défis.

Garbiñe Muguruza

Muguruza veut désormais gagner les deux Grands Chelems qui manquent à son palmarès, soit l’Open d’Australie et l’US Open. « Je veux compléter le cercle parfait. J’ai été numéro un (en 2017), j’ai le Masters, un titre à Roland-Garros et un Wimbledon. J’ai toujours aspiré aux grandes choses, je suis ambitieuse. Je suis une joueuse de grands défis. »

L’AVIS DE TENNIS MAJORS

A 28 ans, Garbiñe Muguruza a atteint un nouvel objectif de sa carrière en remportant le Masters et retrouve les sommets après plusieurs années difficiles. Par le passé, elle a eu du mal à supporter les attentes, mais l’expérience l’aide désormais à gérer la pression et les déconvenues.

Pour sa deuxième saison de collaboration avec l’ancienne numéro 2 mondiale espagnole Conchita Martinez, qui l’avait déjà accompagnée en 2017 et portée vers un triomphe à Wimbledon, Muguruza paraît beaucoup plus épanouie. Ses résultats sur dur parlent pour elle. Avec sa puissance et sa qualité de service, son objectif de s’imposer dans les deux Grand Chelems qui manquent à son palmarès est loin d’être inenvisageable. « Mugu » sera très attendue pour le premier Majeur de l’année à Melbourne.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *